Les typhons Hagibis et Jebi au Japon

Le 12 octobre, le typhon #19 Hagibis a frappé le centre du Japon et la région du Kanto. En matière de grosseur, c’était le deuxième typhon que j’ai vécu. Heureusement, Hamamatsu n’a pas été durement touché. Ce n’était pas aussi épeurant que le gros typhon de l’année passée, #21 Jebi. Je décrirai mon expérience des deux typhons

Qu’est-ce qui se passe pendant un typhon ?

Le ciel devient gris et la pluie se déverse. Ensuite, les vents puissants se soulèvent. Les gouttes de pluie percutent les fenêtres comme les balles d’un fusil. Les pluies torrentielles peuvent causer des glissements de terrain et des inondations. Les vents abattent des arbres, ce qui bloque les routes, et projettent tout objet des dalles des toits aux bicyclettes dans les airs.

Lorsqu’un typhon est annoncé, les gens se hâtent aux épiceries et aux dépanneurs. Le pain, les onigiris (boules de riz farcies), les bentos (repas japonais emballés prêts à manger), diverses boissons… toute nourriture prête à manger disparaît des magasins et les étagères se vident.

Ruban adhésif posé pour protéger des blessures causées par des morceaux de verre.

Les médias diffusent des avertissements disant aux gens de rester chez eux et des se préparer pour les pannes d’électricité et le manque d’eau courante.  Les gens sont conseillés de ne pas laisser des objets comme des étendoirs à linge et des jouets à l’extérieur.

Mon expérience du typhon Jebi

30 septembre 2018. Je croyais que la panique était exagérée. Comme j’ai eu tort !

Le typhon a commencé par une forte pluie et des vents puissants. Je me suis dit : « Ce n’est qu’une autre grosse tempête ! »

Je suis resté dans mon appartement en attendant que la tempête passe. Ensuite, les fenêtres ont tremblé. J’ai entendu des cognements à la porte d’entrée; on dirait que quelqu’un essayait de défoncer la porte à coups de pied. J’ai entendu des sifflements et des cris de fantômes. Ce n’était que le vent.

Les lumières clignotaient et je n’arrêtais pas de recevoir des alertes des tempêtes sur mon téléphone mobile.

Quand je suis retourné à l’école, certains collègues de travail et élèves n’avaient ni eau courante ni électricité quatre jours après le passage de Jebi.

Le typhon Hagibis jusqu’à maintenant

Aussitôt que les alertes au typhon ont été diffusées à la télé, beaucoup de gens dans le quartier ont commencé à mettre du ruban adhésif dans les fenêtres et à le disposer en forme d’astérisque. Le but était de prévenir les blessures causées par le verre au cas où les fenêtres éclateraient.

Heureusement, aucune personne que je connais n’a eu de problèmes à cause d’Hagibis jusqu’à maintenant.

 

Laisser un commentaire

%d blogueueurs aiment cette page :